Historique du département

Le Département d’études allemandes est l’héritier d’une longue tradition de l’étude de la langue, de la littérature et de la civilisation des pays germanophones à l’université de Strasbourg. Intimement liées à l’histoire de la ville et, plus globalement, à celle des relations franco-allemandes, les études d’allemand s’institutionnalisent dès 1872 avec la création, à la Kaiser-Wilhelms-Universität, d’un « Germanistisches Seminar » et de deux chaires de philologie, occupées jusqu’en 1877 par Wilhelm Scherer (1841-1886), spécialiste de l’histoire de langue et de littérature, et Elias Emil von Steinmeyer (1848-1922), spécialiste d’histoire de la langue qui fut à l’origine de la conception du Althochdeutsches Wörterbuch (1952-2015 svv.). Le premier fut remplacé par Ernst Eduard Martin (1841-1910), auteur, avec son assistant Hans Lienhart, du Dictionnaire des parlers alsaciens (Wörterbuch der elsässischen Mundarten, 2 tomes ; 1899-1907) ; le second, par Erich Schmidt (1853-1913), élève de Scherer, auquel succéda, en 1880, un autre de ses élèves, Rudolf Henning (1852-1930), qui, durant sa longue carrière strasbourgeoise (de 1881 à 1918), fut également Doyen de la « Philosophische Fakultät » de 1898 à 1899 et de 1907 à 1908. Conformément à l’objectif affiché par l’État allemand, la philologie allemande devait, notamment grâce à l’étude et la diffusion de contes, légendes et traditions régionales, contribuer à (ré)intégrer la population du Reichsland dans l’espace culturel allemand[1]. Fermement ancrée dans la tradition philologique allemande, la naissance de la germanistique moderne à Strasbourg se caractérise ainsi par une forte orientation régionale à visée patriotique, des projets scientifiques de grande envergure ainsi qu’une large continuité dans la recherche entre maîtres et élèves.

En 1919, l’université de Strasbourg, redevenue française, se dote d’un « Institut d’études germaniques », hébergé dans la toute nouvelle Faculté des lettres. Celui-ci, tel un ‘phare sur le Rhin’[2], devait contribuer, par l’étude de la langue et la culture allemande, à mieux connaître le voisin d’outre-Rhin, condition préalable à toute relation diplomatique avec l’ancien ennemi. Avec quatre chaires, l’Institut fut le principal centre des études allemandes en France jusqu’au début des années 1930. Si la philologie y conservait une place importante, l’heure était à l’ouverture à l’étude de l’Allemagne contemporaine sous toutes ses facettes, suivant la voie tracée par les deux pères fondateurs de la germanistique à l’université française, Henri Lichtenberger (1870-1940) et Charles Andler (1866-1933)[3]. Ainsi, à côté de la chaire de littérature allemande médiévale et classique et de celle de philologie allemande et dialectologie alsacienne attribuées respectivement à Ernest Tonnelat (1877-1948) et Ernest-Henri Lévy (1867-1940)[4], furent créées une chaire de littérature moderne, occupée par Jean-Édouard Spenlé (1873-1951) et une de civilisation allemande contemporaine que fera vivre Edmond Vermeil (1878-1964). Les contacts avec le Centre d’Études Germaniques, fondé à Mayence en 1921, furent nombreux et féconds jusqu’à son rapatriement à Strasbourg en 1930.

Par la suite, plusieurs chercheurs de renom contribuèrent à faire de Strasbourg un des hauts lieux de la recherche en germanistique. Pour la littérature, on citera, entre autres, l’éminent Albert Fuchs (1896-1983 ; en poste de 1936 à 1966), spécialiste de Goethe (déporté à Dachau durant la 2e Guerre mondiale), Alfred Schlagdenhauffen (1893-1986 ; en poste de 1937 à 1964), connu surtout pour ses travaux sur la littérature romantique et sur les frères Matthis, Gonthier-Louis Fink (*1928 ; en poste de 1967 à 1993), qui s’illustra dans le domaine de la littérature des XVIIIe et XIXe siècles et fonda la revue Recherches germaniques[5], et Adrien Finck (1930-2008, en poste de 1973 à 1996), spécialiste de la poésie de langue allemande et de la littérature régionale[6]. Dans le domaine de la civilisation, Hildegard Châtellier (1936-2014, en poste de 1989 à 2001) était spécialiste d’histoire des idées politiques, Denis Goeldel (*1938, en poste de 1981 à 2004), doyen de la Faculté dans les années 1980 puis directeur de l’Institut universitaire de formation des maîtres de l’Académie de Strasbourg de 1991 à 2001, était quant à lui spécialiste de civilisation contemporaine. Parmi les chercheurs à cheval sur la littérature et la civilisation, on citera Roger Bauer (1918-2005, en poste de 1965 à 1969), qui fut également directeur du Centre d’Études Germaniques de Strasbourg de 1966 à 1969, et Frédéric Hartweg (*1941, en poste de 1983 à 2006), éminent spécialiste de langue et culture du haut-allemand précoce. Pour la linguistique, Jean Fourquet (1899-2001), nommé maître de conférences en 1934 puis professeur en 1938, assura la transition entre la philologie historique de l’allemand médiéval et la linguistique moderne, raison pour laquelle il est aujourd’hui considéré comme le père de la germalinguistique française. Après son départ à la Sorbonne en 1955, il fut remplacé par Jean Charier (1915-?), spécialiste du germanique, auquel succéda Marthe Philipp (1922-2007) en 1972, spécialiste de phonologie et dialectologie, puis, en 1989, Gertrud Gréciano (*1940).

Depuis les années 1970, l’Institut d’études germaniques, renommé « Département d’études allemandes », a connu de nombreux changements, dont son transfert du Palais universitaire vers le campus de l’Esplanade (1965-1967), la forte augmentation du nombre d’étudiants et d’enseignants, l’apparition de la filière Langues étrangères appliquées (LEA), qui offre une autre possibilité d’étudier l’allemand, ainsi que l’instauration d’un directoire à la place d’un directeur.

Depuis les années 2000, les études d’allemand, à Strasbourg comme ailleurs, subissent l’effet conjoint de la perte d’attractivité des sciences humaines en général et de l’allemand langue étrangère en particulier. Pour tenter de contrer cette tendance, le Département a élargi et internationalisé son offre de formation, notamment en proposant des formes d’enseignement mieux adaptées aux besoins spécifiques de certains publics (enseignement à distance), des contenus nouveaux (arts, vie culturelle des pays de langue allemande, variation linguistique) et, plus récemment, par l’ouverture, en coopération avec l’université de Fribourg-en-Brisgau, d’un parcours de licence transfrontalier intitulé « la germanistique dans une perspective franco-allemande ». Sur le plan de la recherche, l’accent est mis, conformément aux orientations actuelles dans le domaine des sciences humaines et sociales, sur le décloisonnement disciplinaire et le dialogue de la germanistique avec les autres domaines des SHS.

(rédaction : Vincent Balnat)



[1] Ce qui nécessitait d’attirer la population alsacienne à l’université, notamment par des manifestations culturelles hors les murs. Autre signe de cette volonté de reconquête, l’afflux massif d’ouvrages issus des fonds des bibliothèques de l’empire, qui firent de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek, puis de sa descendante, l’actuelle Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, aujourd’hui la bibliothèque française la mieux dotée en ouvrages de cette époque.
[2] L’expression est fréquente dans la littérature portant sur l’histoire de l’université durant cette période.
[3] Tous deux d’origine strasbourgeoise, ils firent carrière à la Sorbonne (Ch. Andler également au Collège de France). À partir de 1918, Andler participa à la mise en place de la future Faculté des lettres et au recrutement des germanistes de l’Institut.
[4] La création du Département de dialectologie alsacienne et mosellane en 1959 marque la séparation institutionnelle de la dialectologie et des études d’allemand. On trouvera plus d’informations sur l’historique du département de dialectologie sous langues.unistra.fr/departements-et-instituts/dialectologie-alsacienne-et-mosellane et dans Huck (2014).
[5] Cette revue biannuelle publie des études portant sur la littérature et l’histoire culturelle des pays de langue allemande (http://ea1341-dev.u-strasbg.fr/RG/fr/presentation).
[6] Il œuvra également pour la mise en place d’un enseignement de Langue et culture régionales et pour la création d’une option d’alsacien au CAPES d’allemand.


Pour en savoir plus… (liste non exhaustive)

Bothorel-Witz, Arlette & Christine Maillard (éds.), 1998. Germanistique et dialogue des disciplines. Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg (= coll. Faustus/Études germaniques).

Cortès, Colette & André Rousseau (éds.), 1999. Catégories et connexions, en hommage à Jean Fourquet pour son centième anniversaire le 23 juin 1999. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Espagne, Michel & Michael Werner (éds.), 1994. Histoire des études germaniques en France (1900-1970). Paris : CNRS Éditions.

Fourquet, Jean, 1947. « Ernest-Henri Lévy (1867-1940) ». In : Mémorial des années 1939-1945. Paris : Les Belles-Lettres, p. 59-63 (= Publications de la Faculté des lettres de l’université de Strasbourg, fasc. 103).

Huck, Dominique, 2014. « Vorwort ». In : Huck, Dominique (éd.). Alemannische Dialektologie: Dialekte im Kontakt. Beiträge zur 17. Arbeitstagung für alemannische Dialektologie in Straßburg vom 26.-28.10.2011, numéro thématique de la revue Zeitschrift für Dialektologie und Linguistik – Beihefte 155, p. 7-12.

König, Christoph, 2003. Internationales Germanistenlexikon 1800-1950. 3 vol. Berlin, New York : de Gruyter.

Marmetschke, Katja, 2008. Feindbeobachtung und Verständigung: der Germanist Edmond Vermeil (1878-1964) in den deutsch-französischen Beziehungen. Cologne, Weimar, Vienne : Böhlau.

Mombert, Monique, 2001. « Les études allemandes en France entre les deux guerres : l’exemple de Strasbourg ». Lendemains. Études comparées sur la France 26, 103/104, p. 30-41.

Mombert, Monique, 2002. « La germanistique en bleu horizon ». Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande 34.3, p. 311-326.

Mombert, Monique, 2008. « Wilhelm Scherer et les débuts de la germanistique à Strasbourg ». Actes de la journée d’étude du 14/12/06. hal.archives-ouvertes.fr/hal-00134955

Mombert, Monique, 2012. « Albert Fuchs ou le discours de la méthode ». In : Grunewald, Michel, Hans Jürgen Lüsebrink, Reiner Marcowitz & Uwe Puschner (éds.). France-Allemagne au XXe siècle. vol. 2 : Les spécialistes universitaires de l’Allemagne et de la France au XXe siècle. Berne, etc. : Lang (= Convergences, 69), 141-153.

Müller, Bertrand, 2018. « L’université de Strasbourg dans l’immédiat après-guerre (1919-1925). Lieu ou moment de reconfiguration des sciences sociales ? ». Revue d’histoire des sciences humaines 33, p. 211-240.

Olivier-Utard, Françoise, 2016. Une université idéale ? Histoire de l’Université de Strasbourg de 1919 à 1939. Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg.

Roscher, Stephan, 2006. Die Kaiser-Wilhelms-Universität Straßburg 1872-1902. Francfort, etc. : Lang (= Europäische Hochschulschriften, Reihe 3 : Geschichte und ihre Hilfswissenschaften vol. 1003).

Straka, Georges & Péla Simon, 1960. Quarante ans d’études de linguistique et de philologie à l’Université de Strasbourg (1919-1959). Orbis IX.2. Louvain : Centre international de dialectologie générale.

Vermeil, Edmont, 1927. « L’Institut germanique de l’Université de Strasbourg ». L’Alsace française 7e année, n° 47 (19 novembre 1927), p. 943-944.

 

Je remercie mes collègues de la Faculté des langues, en particulier Albert Hamm, Dominique Huck, Monique Mombert et Maryse Staiber, de leur aide précieuse lors de mes recherches.